Blogue

Ateliers de PCI : Rencontre avec deux facilitateurs

Le processus de conception intégrée (PCI) est une approche de plus en plus utilisée en construction, surtout depuis son adoption par la Société des Infrastructures du Québec (SQI). Le succès de cette méthode repose avant tout sur les objectifs définis par l’équipe, ainsi que sur le climat de collaboration développé lors des ateliers par un professionnel indépendant, nommé « facilitateur ».

Selon le guide Processus de conception intégrée du CERACQ :

« Le facilitateur doit faciliter : la collaboration, le partage de l’information, la communication et le respect au sein de l’équipe. Son principal rôle est de s’assurer du bon déroulement du PCI en réunissant les gens autour d’un objectif commun dans une ambiance de laquelle émergent des solutions innovantes et créatives. »

Trois conseillers de Strategia Conseil font partie des facilitateurs reconnus par la SQI : Arnaud Rogiez, Kevin Dohoullou et plus récemment, Maude Sirois.

Arnaud et Maude ont récemment discuté de leurs rôles de facilitateurs.

Le rôle du facilitateur

Maude a choisi de se diriger vers la facilitation, puisqu’elle y voit un lien avec son passé d’enseignante.

« J’aime le côté animation et échange, avoir plusieurs personnes de différentes disciplines réunies pour les amener à réfléchir dans un objectif commun. Je considère que mon rôle c’est d’aller chercher la meilleure idée de chaque personne pour en faire un tout cohérent qui sera la meilleure version du projet à réaliser. »

Le rôle de facilitateur vise donc à amener les participants à travailler vers un objectif commun pour faire émerger une solution qui fera consensus.

Il faut ainsi laisser place aux différentes opinions pour être ensuite capables de décider en équipe de la meilleure solution.

Lorsque questionné sur l’approche qu’elle adoptera dans ses ateliers, Maude précise :

« Certaines personnes s’expriment naturellement. Je tiens à faire parler ceux qui sont discrets et qui ont plus de difficulté à partager leurs idées. Si une personne est autour de la table, c’est qu’elle a son rôle à jouer. »

De son côté, Arnaud a participé à plus d’une cinquantaine d’ateliers.

Selon lui : « Lorsque le comité de pilotage s’est bien préparé et que les ateliers sont montés en conséquence, il n’y a pas de raison pour que les ateliers de PCI n’atteignent pas leurs objectifs.

Ça fait partie du rôle du facilitateur d’aider à définir ses objectifs et de s’assurer qu’ils soient atteints. L’objectif annoncé aux participants, c’est qu’il y a un projet à réaliser, et l’un des objectifs sous-entendus du PCI est d’instaurer la collaboration pour y arriver. »

Tenir des ateliers de collaboration à distance

Dans les deux dernières années, la majorité des ateliers auxquels Maude et Arnaud ont participé se sont déroulés à distance. Bien que les ateliers en personne pourront éventuellement reprendre, cette formule pourrait également perdurer selon les besoins et contraintes de certains projets.

Vous vous demandez si vous devez tenir des ateliers de PCI en personne, en ligne, ou hybrides? Voici les observations de nos conseillers experts à ce sujet.

« Les ateliers de PCI peuvent très bien se dérouler à distance, souligne Arnaud. Avec tous les outils dont on dispose, ça peut même ouvrir d’autres possibilités. Par exemple, on peut faire participer des gens qui sont situés plus loin géographiquement, ou qui ne peuvent pas se déplacer.

Par contre, il manque un petit côté convivial. Il y a moins de fous rires, de discussions sur ce qui se passe à l’extérieur du projet. Les gens se mélangent moins à distance et c’est ce que j’aime des ateliers de PCI. Voir les gens de différents milieux et expertises créer des liens à travers le processus. »

Pour le futur, Maude anticipe l’intégration de la modélisation au processus :

« J’aimerais inviter des modélisateurs à prendre part aux ateliers pour que les participants puissent visualiser le projet en 3D. Avec l’approche BIM-PCI, c’est dans la continuité logique d’amener la modélisation. »

Conclusion

Les ateliers de PCI sont plus régulièrement utilisés depuis quelques années, principalement dans les projets d’infrastructures publiques. Des études sur les retombées de cette méthodologie devraient d’ailleurs être communiquées prochainement.

Selon Maude et Arnaud, le processus de conception intégrée gagne à être utilisé davantage dans les projets de construction majeurs. Le PCI est l’un des meilleurs outils pour créer l’adhésion autour d’un projet.

« Lorsque les utilisateurs sont impliqués dans la recherche de solutions et la prise de décision, ils sont ensuite convaincus que c’est la meilleure version du projet qui verra le jour. Ils en deviennent des ambassadeurs.

Le PCI n’est pas simplement un outil de conception, c’est un outil puissant de mobilisation.

Autres Articles
Avez-vous besoin d’un conseiller stratégique pour vos projets de construction?
Comment supporter la gouvernance dans les projets de construction majeurs?
Quatre approches collaboratives en construction